Notre charte de qualité

Pour formaliser ses engagements, O+R a élaboré une charte qualité. Elle est respectée et appliquée au quotidien par tout le personnel.

  • Nous sommes en permanence à l'écoute de vos besoins et de leur évolution.
  • Nous nous déplaçons chez vous pour mieux comprendre votre demande.
  • Nous établissons une relation privilégiée avec vous basée sur notre proximité
  • Nous vous apportons une information complète et spontanée.
  • Nous respectons vos horaires et organisons nos interventions sans l'arrêt de votre production.
  • Vous vous adressez à des professionnels dont les compétences évoluent pour mieux vous satisfaire.
  • Nous vérifions et améliorons la qualité du service que nous vous apportons.

Procès O+R contre les sociétés FLAMCO et BUDERUS

 

Fuite ballon FWS DUO

The english explanation is available for upload

En tant qu'installateur et tiers investisseur, la société O+R a acquis 12 ballons FWS DUO pour la production d'eau chaude sanitaire entre 2008 et 2010 et 5 au moins ont déjà percé, dont le premier en 2009. Il s'agissait de réaliser des installations de récupérations d'énergie solaire.

C'est interpellant notamment parce qu'un boiler d'une autre marque fonctionne sans soucis depuis plus de 20 ans sur un site. Il est difficile d'expliquer à notre client que 2 ballons BUDERUS percent en moins de 5 ans alors qu'un autre de VIESSMANN fonctionne chez lui depuis 5 fois plus longtemps ! BUDERUS nous a expliqué que c'était parce qu'ils n'étaient pas construits de la même façon, on ne doute pas de ce point précis.

Lors des deux premières fuites, la société BUDERUS a accepté la garantie mais en refusant une expertise contradictoire sur site (les ballons ne sont pas équipés de trou d'homme et donc il est impossible d'inspecter l'intérieur), elle nous a écrit que nous devions faire confiance à notre fournisseur qui prendra toutes ses responsabilités, que le ballon serait examiné en leur laboratoire. Cela nous a semblé un peu étrange mais, après tout, nous étions parmi les 5 meilleurs clients de cette société.

De notre côté, nous nous disions qu'un ballon qui perce c'est possible... Mais 2, puis 3, 4 et 5... le tout chez des clients distants de plusieurs dizaines de kilomètres, cela semble étrange : il est question d'une production d'eau chaude sanitaire à l'aide d'énergie solaire, pas d'une centrale nucléaire ! En plus BUDERUS refusait d'intervenir dans les frais liés au remplacement des FWS DUO. 

FWS DUO de BUDERUS construit par FLAMCO

Nous avons demandé (à la troisième apparition de fuite) une réunion sur site avec la direction technique de BUDERUS et, suite à ce que l'on a découvert, notre société a entamé une procédure judiciaire à l’encontre de la société BUDERUS car nous estimons que les ballons solaires FWS DUO sont entachés de vices de construction et de vices de conception. Durant cette procédure judiciaire, nous avons appris que les ballons étaient fabriqués, non pas par BUDERUS, mais par la société FLAMCO.

Dans ce cadre, nous n'avons pas hésité à demander l'avis de l'AIB Vinçotte et du CSTC, dont les rapports sont téléchargeables

Nous avons aussi questionné le service mécanique de la Faculté Polytechnique de Mons dont le rapport confirme à propos des ballons FWS DUO fabriqués par FLAMCO que :

Le concepteur (c'est à dire FLAMCO et BUDERUS) n'a pas pris en compte 

- des prescriptions du fabricant du tube onduleux

- de la norme ASME relative aux équipements sous pression 

- des règles de conception des équipements thermiques

Il semble que le flexible onduleux ne pouvait tout simplement pas être utilisé pour cette application.

D'ailleurs, l'expert judiciaire note au sujet des ballons DUO FWS que  "Vous vous souviendrez que j’avais relevé un premier défaut de conception au niveau du supportage du serpentin : le serpentin est posé directement sur une arête vive, ce qui peut occasionner de l’usure et ensuite une fuite en cas de présence de pulsations de pression dans le circuit. La situation est aggravée par le fait que l’équerre de supportage est en acier carbone alors que le serpentin est en acier inox.
Nous avons maintenant affaire à un défaut de conception plus sérieux encore: la pression admissible du serpentin est seulement de 2.08 bar à 70°C, soit en dessous de la pression nominale de 10 bar affichée sur le boiler et également en dessous de la pression habituelle du réseau de distribution d’eau (+/- 3 bar). Par ailleurs, j’avais calculé que la perte de charge à la sortie du deuxième boiler était de l’ordre de 0.64 bar. Cela représente une variation de 30% par rapport à la pression admissible du serpentin, soit au dessus de la variation maximale de pression de 25% recommandée par Witzenmann.Des problèmes de rupture par fatigue sont donc prévisibles du fait des simples variations de pression dues aux pertes de charge et même en l’absence de tout coup de bélier dans l’installation.
Facteur encore aggravant : lors du montage, le serpentin a été fortement déformé à plusieurs endroits (et notamment à l’endroit de la fuite), avec des rayons de courbure très
inférieurs au rayon de courbure nominal de 260 mm renseigné par Witzenmann. La déformation plastique a créé des zones avec des contraintes résiduelles de traction proches de la limite élastique du matériau, ce qui a pénalisé de façon très significative la résistance à la fatigue du serpentin."

 

Les ballons FWS DUO sont de grosses cuves de 1000 litres d'eau de chauffage dans lesquels passe un flexible onduleux en acier inox, l'eau sanitaire parcourt l'intérieur de ce flexible et est réchauffée par la température de l'eau du chauffage. C'est, d'après le vendeur, idéal pour éviter les problèmes bactériens. Nous serions tentés d'ajouter: s'il n'y a pas de fuite entre le sanitaire et le chauffage.

L'expertise judiciaire a cerné le problème de fuite qui apparaît sur le flexible onduleux de la marque WITZENMANN. Le flexible perce et l'eau sanitaire pénètre dans la partie réservée au chauffage. Lorsque l'on soutire de l'eau sanitaire, la pression chute et, dans ce cas, l'eau de chauffage peut pénétrer dans l'eau sanitaire. Au minima l'objectif bactérien n'est plus atteint.

FLAMCO et BUDERUS admettent un certain nombre de retours de leur FWS DUO entre 2008 et 2012. Ils affirment aussi que la société WITZENMANN est venue expertiser le flexible fin 2011 en leur laboratoire (ils ont donc attendu près de trois années tout de même). Suivant ce tableau des retours, nous devons comprendre qu'aucun ballon n'aurait été expertisé lorsqu'il était en dehors de leur période de garantie, il est peu probable qu'aucune fuite ne soit apparue dès la période de garantie achevée.

Pour notre part, 2 ont percé dans les deux ans de leur mise en service et au moins 3 autres dans les 4 ans.

Au départ, BUDERUS voulait limiter la garantie à 2 ans, après une décision judiciaire nous avons obtenu une garantie conforme aux prescriptions BELSOLAR étendue à 5 ans.

En ce qui concerne l'expertise du fabricant du flexible onduleux, nous ne l'avons pas reçue malgré notre demande.

Le secret étant souvent source de suspicion , de notre côté nous avons pris contact avec WITZENMANN en lui transmettant le rapport de l'AIB Vinçotte (voir en bas de page). Ce fabricant de flexibles onduleux nous a directement répondu que placer un flexible dont l'épaisseur de la paroi est 0.3 mm en inox sur des supports tranchants en acier était source de grands problèmes.... C'est tout de même lui le fabricant, il doit connaître son produit : il faut garder à l'esprit que l'épaisseur du flexible onduleux n'est que de 0.3 mm, c'est-à-dire l'épaisseur de 30 feuilles à cigarettes et qu'il devrait pouvoir supporter une pression jusque 10 bars , c'est-à-dire 100 mètres de colonne d'eau

Evidemment, la moindre contrainte ou la moindre blessure sur ce flexible onduleux est catastrophique. En plus, un ballon cela se chauffe, cela se refroidit, la pression diminue et augmente lorsque l'on soutire de l'eau, indiscutablement il y a une dynamique hydraulique importante dans les flexibles onduleux.

Photo du flexible WITZENMANN monté par FLAMCO contre des arêtes vives en acier. 

photo fuite wasserleck waterlek FWS DUO FLAMCO BUDERUS

Nous pensons logiquement que si WITZENMANN a si facilement informé O+R, on peut raisonnablement penser qu'il a dû le faire tout autant en 2011 vis à vis de ses clients FLAMCO et BUDERUS lors de ces expertises au sein de leur laboratoire, nous avons donc eu comme idée de comparer des ballons d'avant 2012 et des ballons d'après 2012.

D'ailleurs la notice de montage de WITZENMANN ne laisse aucun doute "les tuyaux flexibles doivent être protégés (...) il convient d'éviter (...) de les faire passer sur des arêtes vives" , cette notice technique est téléchargeable

Comme nous n'avons reçu aucune suite en tant que client de l'expertise de WITZENMANN (BUDERUS aurait pu avertir ses clients le cas échéant), nous avons acheté un nouveau un ballon FLAMCO, juste pour comparer.

Une simple comparaison visuelle montre que les sociétés BUDERUS et FLAMCO ont modifié leur construction : il n'y a plus aucun contact entre le flexible onduleux de 0.3 mm d'épaisseur et la structure métallique, cette fois on a bel et bien prévu une entretoise en plastique, ce qui est conforme aux prescriptions du fabricant du flexible onduleux.

Actuellement, l'expertise judiciaire des ballons est toujours en cours, suivant les numéros de série remis par FLAMCO, il y aurait 15 000 ballons fabriqués avant 2012 à travers l'Europe à plus de 3 000 € pièce, cela représente un énorme montant. Surtout si le ratio des ballons percés est le même que dans notre cas. 45 millions d'euro de FWS DUO vendus ce n'est pas rien.

En plus de l'avis de l'AIB Vinçotte et du CSTC, nous avons demandé une simulation numérique des contraintes dans le flexible onduleux.

Nous avons pris des photos des ballons en notre possession, ceux d'avant 2012 et celui d'après.

 

Photo des supports métalliques d'un FWS DUO d'avant 2012

fuite flexible fws duo contact acier buderus flamco wasserleck waterlek solar

Photo des supports en plastique d'un FWS DUO d'après 2012

contact plastique fws duo nouvelle construction BUDERUS

Avec une pléthore d'ingénieurs au sein des sociétés FLAMCO et BUDERUS, O+R ne s'explique pas comment tout ceci serait possible. La fiche technique du flexible onduleux est pourtant claire : interdiction de tout contact entre ce flexible et une arête vive, interdiction de plier le flexible onduleux au-delà de sa limite élastique.

La première règle de l'art n'est-elle pas de suivre les instructions de montage du fabricant ?

Notons tout de même que la directive européenne des équipements sous pression 97/23/CE que devrait respecter tous les fabricants affirme que  "Les « Règles de l’art » signifient, sans préjudice de l’article 4, paragraphe 1.2, qu’un tel équipement sous pression est conçu en prenant en compte tous les facteurs pertinents influençant sa sécurité. De plus, un tel équipement est fabriqué, vérifié et accompagné d’instructions d’utilisation de façon à assurer la sécurité pendant sa durée de vie prévue, quand il est utilisé dans des conditions prévues ou raisonnablement prévisibles. Le fabricant est responsable de l’application des règles de l’art."

Lors de la dernière réunion d'expertise du 5ème ballon percé, nous avons remarqué que la fuite était localisée à l'endroit de la flexion maximale du flexible, c'est à dire exactement à l'endroit de la contrainte maximale (dans l'intrados). Nous avons donc demandé une simualtion numérique des contraintes dues rien qu'à la flexion de ce  flexible sur son support métallique. La valeur dépassait les 430 Mpa soit 30 % au dessus de la limite élastique de l'acier inox.

Photo du support d'avant 2012 vue d'en bas, rayons de courbure variable

witzenmann plié fuite support acier buderus flamco FWS DUO fuite wasserleck waterlek

Lorsque O+R a découvert des supports à bords tranchants, FLAMCO affirmait dans le cadre de l'expertise judiciaire que "la construction que FLAMCO a mise en œuvre pour le DUO FWS se conforme entièrement aux instructions de Witzenmann, le fabricant du tube cannelé. Witzenmann donne un exemple de la manière dont un échangeur de chaleur confectionné à partir d’un tube cannelé peut être soutenu dans un tampon(« buffer »). La façon dont flamco soutient l’échangeur (voir illustartion ci dessu à droite) est même plus adéquate (4 appuis en lieu et place de 3). La structure portante de Flamco rend le constitution de l’échangeur plus simple et entraine de plus petites contraintes sur le tube cannelé" 

La différence saute aux yeux entre ce que dit avoir fait FLAMCO et ce qui est réalisé

FLAMCO affirme donc se conformer aux instructions de WITZENMANN qui dans le même temps affirme que ce n'est pas vrai... 

O+R s'est procuré un nouveau ballon et que nous avons pu démontrer que FLAMCO avait modifié ses supports en plaçant des entretoise en plastique, FLAMCO a déclaré « Flamco a en effet adapté la construction des cuves DUO FWS 1000. La capacité de production des cuves DUO FWS devait être fortement augmentée, ce pourquoi des travaux ont été sous-traités. Une adaptation était nécessaire afin de répondre aux besoins liés à la méthode de production d’un fournisseur. »

Il faudrait donc croire que FLAMCO a donc rendu son support moins adéquate, moins simple (pourtant en passant d'acier à une matière plus facile à mettre en oeuvre le plastique) et augmenté les contraintes sur le flexible onduleux (en passant de 4 à 3 supports pas spire) rien que pour s'adapter à la méthode de production d'un simple fournisseur. On doit comprendre que pour augmenter la capacité de production, on aurait rendu le support moins simple, moins adéquat et on aurait augmenté les contraintes sur le flexible onduleux... Il semble que lorsque l'on veut augmenter la capacité de production on fait tout l'inverse non ? 

O+R constate surtout que FLAMCO a fini par modifier totalement son support afin de le rendre cette fois plus conforme aux prescriptions du fabricant du flexible onduleux.

Photo du support FWS DUO d'après 2012

nouveu supportage ballon fws duo en plastique

Visiblement, la conception et le montage des flexibles onduleux réalisé par FLAMCO est très différent entre les supports d'avant 2012 et ceux d'après. Nous l'avons comparé avec le support breveté du fabricant du flexible onduleux. Notre conclusion est donc que les supports de FLAMCO après 2012 sont identiques à ceux préconisés par le fabricant, pourtant FLAMCO affirme que le anciens étaient meilleurs et plus simples.  

Photo du support réalisé par le fabricant du flexible et non par FLAMCO

FLAMCO a transmis sa liste des retours sous garantie des FWS DUO, comme il n'y a plus de retour de ballons construits après 2012, on pourrait en conclure une forte corrélation entre fuite et support en acier, enfin c'est pour le moins troublant.

Revenons aux simulations numériques que nous avons fait réaliser, les contraintes de Misès dans le flexible plié sur des rebords anguleux en acier dépasseraient les 400 MPa, alors qu'elles ne sont que de 17 lorsque le flexible est correctement utilisé ! La limite d'élasticité pour de l'inox se trouve au dessus de 300 MPa. C'est-à-dire que les contraintes internes dans le flexible onduleux sont au dessus de l'admissible dès la construction, enfin nous devrions dire "étaient" puisque la construction a été modifiée.

Il faut noter la grande différence entre les rayons de courbure avant et après 2012, sur la première photo on voit que le flexible onduleux est plié à 90° sur son support métallique, pour les ballons récents on voit un flexible onduleux dont le rayon de courbure est constant, c'est d'ailleurs noté dans le rapport de l'AIB Vinçotte. 

En consultant la notice explicative du fabricant WITZENMANN, nous avons compris que la pression d'eau sanitaire maximale admissible dans le flexible onduleux chutait de 25 à 2 bars lorsqu'il était plié à angle droit comme dans les ballons d'avant 2012 et donc il semble que toutes surpressions même légères risquent d'entraîner la déchirure de ce flexible onduleux.

La pression d'eau de ville est en général de 3 bars, le flexible beigne dans une eau de chauffage à 1.5 bar, on comprend donc que la situation est limite.

Vue des contraintes à 3 bars pour un flexible droit

Vue des contraintes lorsque le flexible est plié contre un support métallique même sans pression

Les contraintes dues à la flexion contre une tôle métallique conduiraient donc à dépasser de 30 % la limite élastique de l'acier INOX, dans ce cas, il est donc irrémédiablement alteré, ce qui expliquerait que le fabricant du flexible onduleux précise dans sa fiche technique que la pression maximale n'est plus que de 2 bars dans ce cas.... Le problème étant évidemment la pression de ville qui est parfois supérieure à cette valeur.

D'après la notice technique de BUDERUS, la pression maximale dans le serpentin devrait être de 10 bars, 5 fois plus.

Nous avions reçu des instructions de montage en 2008. Toutefois, lors de cette expertise, FLAMCO a exhibé une nouvelle notice de montage dans laquelle était spécifiée la nécéssité d'un réducteur de pression, le souci étant que cette notice date d'après l'intervention de WITZENMANN, celle fournie par BUDERUS en 2008 ne montrait aucun réducteur de pression, sur site la pression mesurée est de 3 bar, jusqu'à combien de bar fautdrait il descendre pour satisfaire les nouvelles exigences ?

BUDERUS affirme qu'il faudrait un vase anticoup de bélier après le FWS, mais dans le même temps, on apprend par le CSTC "Les hausses de pression maximales peuvent être fortement atténuées par la mise en place d’un antibélier, à condition de le placer près du robinet ou de la valve". Donc la solution préconisée n'est pas la meilleure et si ce vase d'expansion vient à lacher, le ballon de 300 kg est irrémédiablement foutu ? C'est dangereux tout de même...

En se basant sur cette fiche technique créée en 2012, BUDERUS accable son installateur. BUDERUS semble oublier la norme EN 06-2 qui précise pourtant qu'un réducteur de pression n'est nécessaire que si la pression statique de l'installation dépasse 5 bars, or la pression maximale du flexible onduleux suivant la notice du fabricant n'est que de 2 bars.

Pour nous c'est difficilement copréhensible, en effet, personne sur site n'a jamais entendu le moindre coup de bélier. Il y a une vanne à membrane juste après les ballons et elle n'a rien alors que deux ballons ont déjà percé : par où passeeraient les coups de bélier ? Le fabricant WITZENMANN informe que ses flexibles onduleux sont conçus pour l'eau sanitaire et spécialement pour des variations de pression. 

En plus la résistance du flexible onduleux chute de plus ou moins 25 % lorsque le ballon est chaud. Forcément pour produite de l'eau chaude on a pas trouvé d'autre moyen que de chauffer le ballon.

Pour O+R, placer un réducteur de pression empêchera bien évidemment la pression du chauffage d'augmenter en cas de fuite du sanitaire vers le chauffage, néanmoins cela ne fera que masquer la fuite, et cela nous semble être dangereux pour les utilisateurs. Si on réduit la pression sanitaire, l'eau de chauffage aura d'autant plus tendance à pénétrer le circuit sanitaire.

Là aussi, nous avons fait intervenir un expert, médical cette fois, afin d'avoir son avis.

Cela fait maintenant 5 ans que nous défendons nos clients, BUDERUS et FLAMCO soutiennent que le problème viendrait de la fermeture des robinets thermostatiques par des personnes âgées qui soumettrait des ballons de 1500 kg à des variations de pression de plusieurs centaines de bars ! Cependant l'expert judiciaire a réalisé une étude poussée qui démontre le non fondé de cette hypothèse.

Nous n'avions jamais entendu de pareils phénomènes. Pourtant, qui n'a pas de robinet thermostatique chez lui ? Comment expliquer qu'un autre ballon d'une autre marque fonctionne sur site depuis 20 ans dans les mêmes conditions ? Lorsqu'on leur en fait la remarque, ils répondent que ce n'est pas la même construction ! Il aurait été mieux de nous le dire avant !

De notre point de vue, les coups de bélier serait plutôt un leurre qui a été mis au point afin d'échapper aux responsabilités d'un constructeur. Tout comme nous nous étonnons fortement de la nécessité après 2012 d'un réducteur de pression, juste après l'expertise WITZENMANN d'un ballon percé en novembre 2011.

On ne comprend pas non plus que lors de deux premières fuites (avant 2012) la garantie a fonctionné, mais en mai 2012 à la troisième fuite, FLAMCO nous a transmis un questionnaire nous demandant de préciser si il y avait des robinets à fermeture rapide.... comme si avant cela n'avait pas d'importance et après 2012 c'était essentiel. 

Ce sera au tribunal de trancher, après 5 ans d'expertise nous espérons une issue rapide. En cas de vice de construction avéré, la période de garantie pourrait s'étendre à 10 ans, mais nous n'en sommes pas encore là.

Pour le coup, BUDERUS n'a pas eu de chance avec O+R. En effet, ils ont emporté des ballons pour une expertise non contradictoire en leur laboratoire (ce qui ne laisserait à d'autres aucune possibilité d'éventuels recours), mais nous en avions d'autres. Nous n'osons imaginer ce qu'il se serait passé si nous n'en n'avions eu que un ou deux.

Pourtant la société O+R faisait partie des 5 meilleurs clients de BUDERUS... Nous n'irons plus chez eux ! 

  

Le rapport de l'études des contraintes de la FPMs

Le rapport du CSTC en version pdf est téléchargeable

Photo support avant / après

Photo flexible onduleux avant / après  

La notice de montage du flexible onduleux est téléchargeable en pdf

Le rapport de l'expert judiciaire est téléchargeable en pdf

Le rapport de l'AIBVinçotte en version pdf est téléchargeable

Photo échangeur des ballons FWS DUO

Le rapport médical en version pdf